MoDyCo
Intranet

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Colloque international Understanding the Implicit: A question at the crossroads of disciplines

octobre 11 @ 8 h 00 min - 17 h 00 min

 

International Colloquium

organized by the Universities of Paris Nanterre, Paris 8, Reims, Grenoble and Toulouse

 

Understanding the Implicit: A question at the crossroads of disciplines

(Paris, 5-6 October 2023)

 

It is only very recently in the history of ideas and disciplines that the question of implicitness has arisen in fields as diverse as linguistics, psycholinguistics, literary theory, reading didactics and computational linguistics. It was not until the 1970s that linguistics took hold of this notion and that different (more or less formalist) theoretical approaches appeared, as well as the production of precise analyses of expressions acting as triggers for implicit meanings. Studies in psycholinguistics began in the 1980s and often used the experimental method to describe the cognitive processes that allow access to implicit meanings, especially in populations where this access seems compromised. These studies are characterized by examining each type of implicitness in isolation using various protocols with different populations. In literature, theories of interpretation and reception have problematised the notions of implicit author and reader in order to account for the different levels of reading induced by fictional stories. In the context of reading didactics, the question of understanding implicitness as a marker of the social background and developmental age of pupils arose in the 1990s and the studies carried out analysed implicit forms within the very general framework of the notion of inference. Research in the field of computational linguistics began in the 2010s and has led, mainly for the English language, to the development of annotation schemes coupled with learning systems.

However, there are still many areas to be explored for a more operational theorization of implicitness. The boundaries that mark its definition are blurred and there is also some disagreement about the nature of the language phenomena that may contribute to its extension. In addition, there is a fragmentation of studies on the topic, with each type of implicitness being analysed in detail, but independently of the others. While this type of scientific practice is obviously legitimate and fruitful in itself, it does not contribute to the development of a unified theory, as Sperber and Wilson (1989), for example, attempted to do. Agreement on the Gricean approach (1975) to implicitness as the “intended meaning” is intrinsically not sufficient to carry out analyses, because it leads – like a sieve whose holes are too big – to consider that everything in language belongs to implicitness.

Is it possible to think of implicitness in the singular? Does the heterogeneity of the linguistic phenomena covered by this term (presupposition, implicatures, irony, tropes, implicit argumentation, intonation, etc.) suggest that it would be more relevant to reason in the plural in terms of types of implicitness? In other words, is it possible to develop an explanatory approach, while differentiating the linguistic properties governing these different types, which would relate these different meanings of implicitness, and which would be usable by all the disciplines working on this issue?

From an epistemological point of view, the frequent but vague use of the term “implicit” in the analyses suggests that this expression is in the process of being theorized, so that it corresponds only to a notion rather than an operative concept. Can its current strong performance be explained by the use of researchers’ intuition and the relatively loose nature of its definitional content, which allow its use without further scrutiny?

This colloquium aims to propose some answers to these questions by confronting the needs and theoretical contributions that have emerged in the fields of philosophy, linguistics, psycholinguistics, didactics of comprehension, literary theory and computer linguistics. A session will also be reserved for historians of language sciences, in order to challenge the erroneous idea that the theorization of implicitness dates from Gricean thinking (1975). Similarly, a specific discussion will be held on the issues of teaching, learning and teacher training on implicitness as a particular school object. Pluridisciplinary papers – presenting, for example, joint work carried out by didacticians and linguists or NPL specialists – are also expected, in order to make clear the new issues that emerge from this type of synergy.

 

Axis 1: Theorizing implicitness

– What typology(ies) can be proposed?

– How do the different kinds of implicitness combine?

– Is there a hierarchy with some forms of implicitness being stronger than others?

– Is “literal” language a very theoretical point of view?

– What role does intentionality play in the production and understanding of implicitness?

– Are the types of implicitness universal or subject to cross-linguistic variation?

– How has implicitness or its different forms been theorized over the centuries?

– What approaches to implicitness are proposed by literary theory?

– How do writers “write implicitness”?

– How does implicitness structure fictional narratives? Are the mechanisms at work different from those in verbal conversations?

– How does the text-picture relationship generate different forms of implicitness?

– How is implicitness annotated in the textual corpus?

– Can the implicitness conveyed by pictures in albums be taken into account by computer processing?

 

Axis 2: Understanding implicitness

– Is implicitness predictable, calculable?

– What are the processes involved in the treatment of implicitness? Are there any processes common to the different forms of implicitness? Or should we focus on the processes of each?

– What textual (lexicon, coherence, etc.), paratextual (prosody, facial expressions, illustrations, etc.) and contextual (characteristics of the situation, of the interactants, etc.) factors influence the understanding of different forms of implicitness?

– What individual (theory of mind, executive functions, inferential abilities, etc.) and environmental (socio-cultural level, frequency of use, culture, etc.) factors influence the understanding of different forms of implicitness?

– How does the choice of a level of analysis (words, sentences, discourse, conversations, etc.) impact our understanding of the processes of understanding implicitness?

– How does implicit understanding develop in children?

– How can the study of atypical populations (autism spectrum disorders, schizophrenia spectrum, etc.) inform the study of implicit comprehension processes?

– Does the understanding of implicitness involve automatic or controlled processes?

– In what way(s) can on-line study methods (oculometry, chronometry, etc.) and neuroimaging (PET, fMRI, NIRS, etc.) contribute to the study of implicit comprehension?

– What decoding of implicitness in pupils with neurodevelopmental disorders? Can we find warning signs for pupils who will develop dyslexia?

– Is there a difference in implicit competence for allophone pupils (simultaneous or successive bilingualism)? Does a poor mastery of implicitness in L1 affect their L2 skills in the case of successive bilingualism?

 

Axis 3: Implicitness, processing, education and training

– What is the impact of taking implicitness into account in NLP applications (discourse analysis, irony detection, sentiment detection, automatic translation, etc.)?

– What theoretical knowledge about the different forms of the implicit can be didacticized by teachers? and grasped by pupils?

– What literary and documentary texts can the teacher select?

– What reading skills do pupils need to mobilise in order to understand implicitness? What do we know about their development?

– What training can improve pupils’ ability to infer?

– What strategies for teaching implicit comprehension can be proposed to teachers? What can be said about the effectiveness of these teaching strategies on the development of pupils’ implicit processing abilities?

– How can we define an appropriate rehabilitation program to help pupils with neurodevelopmental disorders develop the skills required to access a better understanding of implicit meaning in everyday life?

 

The conference will take place at the University of Paris Nanterre from 5 to 6 October 2023.

 

Abstract submission guidelines

1) Abstracts should be written in English or French and should be around two pages single-spaced (Times New Roman, font 12). Figures and references should be presented on a separate page.

2) Abstracts should be anonymous and sent in PDF format.

 

Accepted abstracts will be allocated as either oral talk or poster presentation.

The conference will give rise to the publication of selected papers.

 

Please use our EasyChair website for abstract submissions: https://easychair.org/conferences/?conf=implicite23.

 

Deadline for submission: March 31, 2023

Notification of acceptance: 31 May 2023

Contact: Beatrice.Godart-Wendling@cnrs.fr

No registration fee

 

Guest speakers/ Keynote presentations

Jane Oakhill (University of Sussex)

Joana Garmendia (University of Basque Country)

Véronique Moriceau (IRIT, University Paul Sabatier – Toulouse 3)

 

 

Organizing Committee

Béatrice Godart-Wendling

Frédéric Isel

Natacha Espinosa

Maria Kilhstedt

 

Scientific Committee

Marc Aguert (LPCN, University of Caen)

Sophie Anquetil (CeReS, University of Limoges)

Véronique Baltazart (C2S, University of Reims)

Delphine Battistelli (MoDyCo, University Paris Nanterre)

Farah Benamara (IRIT, University of Toulouse)

Claire Beyssade (SFL, University Paris 8)

Maryse Bianco (LARAC, University Grenoble Alpes)

Nathalie Blanc (Epsylon, University of Montpellier 3)

Maria-Pia Bucci (MoDyCo, Université Paris Nanterre)

Stéphanie Caillies (C2S, University of Reims)

Sylvie Cèbe (INSPE Clermont-Auvergne)

Florence Charles (CREAD, University of Brest)

Jacques Crinon (CIRCEFT, University Paris-Est Créteil)

Virginie Dardier (LP3C, University Rennes II)

Christelle Declercq (C2S, University of Reims)

Gaétane Deliens (CRCN, Free University of Bruxells, Belgium)

Louis de Saussure (University of Neuchâtel, Switzerland)

Jean Ecalle (EMC, University Lumière Lyon 2)

Natacha Espinosa (MoDyCo, University Paris Nanterre)

Muriel Gerin (CREAD, University of Brest)

Sabine Guéraud (CRAC, University Paris 8)

Béatrice Godart-Wendling (MoDyCo, University Paris Nanterre)

Iris Ieshskolt-Taravella (MoDyCo, University Paris Nanterre)

Frédéric Isel (MoDyCo, University Paris Nanterre)

Laurent Lima (LARAC, University Grenoble Alpes)

Annie Magnan (EMC, University Lumière Lyon 2)

Maria Kilhstedt (MoDyCo, University Paris Nanterre)

Mikhail Kissine (LaDisco, Free University of Bruxells)

Hakima Megherbi (UTRPP, University Paris 13 Nord)

Elodie Oursel (SFL, University Paris 8)

Anna Potocki (LARAC, University Grenoble Alpes)

Céline Pozniak (SFL, University Paris 8)

Nausicaa Pouscoulous (University College London, UK)

Paulette Roulon Doko (LLACAN, CNRS)

Laurent Roussarie (SFL, University Paris 8)

Irène Tamba (CRLAO, EHESS)

Caroline Viriot-Goeldel (CIRCEFT, University Paris-Est Créteil)

Patricia Von Munchow (EDA, University Paris Descartes)

 

———————————————————————————————————————-

 

Colloque International

Organisé par les Universités de Paris Nanterre, Paris 8, Reims, Grenoble et Toulouse

 

L’implicite langagier et sa compréhension : Une question au carrefour des disciplines

 

Ce n’est que très récemment au regard de l’histoire des idées et des disciplines que la question de l’implicite s’est posée dans des domaines aussi divers que la linguistique, la psycholinguistique, la théorie littéraire, la didactique de la lecture ou encore la linguistique-informatique. Il faut ainsi attendre les années 70 pour que la linguistique s’empare de cette notion et qu’apparaissent différentes approches théoriques (d’obédience plus ou moins formelle), ainsi que la production d’analyses précises d’expressions agissant comme des déclencheurs d’implicite. Les études en psycholinguistique ont commencé, quant à elles, au cours des années 1980 et s’appuient souvent sur la méthode expérimentale pour décrire les processus cognitifs permettant l’accès aux significations implicites, notamment chez des populations où cet accès semble compromis. Ces études se caractérisent par le fait d’examiner chaque type d’implicite de façon isolée en employant des protocoles variés auprès de populations différentes. En littérature, les théories de l’interprétation et de la réception ont problématisé les notions d’auteur et de lecteur implicites afin de rendre compte des différents niveaux de lecture induits par les récits de fiction. Dans le cadre de la didactique de la lecture, la question de la compréhension de l’implicite comme marqueur du milieu social et de l’âge des élèves se pose dans les années 1990 et les études menées appréhendent l’implicite dans le cadre très général de la notion d’inférence. Quant aux recherches dans le domaine de la linguistique-informatique, celles-ci ont vu le jour dans les années 2010 et ont donné lieu, principalement pour la langue anglaise, à l’élaboration de schémas d’annotation couplés à des systèmes d’apprentissage.

Nombreux sont cependant les domaines restant à explorer pour une théorisation de l’implicite plus opératoire. Les frontières qui marquent sa définition sont floues et l’on note également un certain désaccord sur la nature des phénomènes langagiers qui participerait à son extension. On observe de plus une fragmentation des études touchant à l’implicite où chaque type d’implicite se voit analyser finement, mais indépendamment des autres. Si ce type de pratique scientifique est bien évidemment légitime et fructueuse en soi, il n’empêche qu’elle ne concourt pas à l’élaboration d’une théorie unifiée de l’implicite comme Sperber et Wilson (1989) avaient, par exemple, tenté de le faire. L’accord sur l’approche gricéenne (1975) de l’implicite en tant que « vouloir dire » n’est intrinsèquement guère suffisant pour mener à bien des analyses, car il conduit – tel un tamis dont les trous seraient trop gros – à considérer que tout dans le langage relèverait de l’implicite.

Mais est-il possible de penser l’implicite au singulier ? L’hétérogénéité des phénomènes langagiers que cette dénomination recouvre (présupposition, implicatures, ironie, tropes, implicite argumentatif, intonation, etc.) n’induit-elle pas à poser qu’il serait plus pertinent de raisonner toujours au pluriel en termes d’implicites ? Autrement dit, peut-on élaborer, tout en différenciant les propriétés linguistiques régissant ces implicites, une approche explicative mettant en relation ces différentes acceptions de l’implicite et qui serait utilisable par toutes les disciplines qui travaillent sur cette problématique ?

D’un point de vue épistémologique, l’usage fréquent mais vague du terme d’« implicite » dans les analyses incite à penser que cette expression serait en voie de théorisation, si bien qu’elle ne correspondrait qu’à une notion et non à un concept opératoire. Le fort rendement actuel ne peut-il pas alors s’expliquer par le recours à l’intuition des chercheurs et la nature relativement lâche de son contenu définitionnel qui autoriseraient son emploi sans autre forme de procès ?

C’est à ces questions que ce colloque entend apporter des éléments de réponses en confrontant les besoins et les apports théoriques qui ont émergé dans les domaines de la philosophie, de la linguistique, de la psycholinguistique, de la didactique de la compréhension, de la théorie littéraire et de la linguistique-informatique. Une session sera aussi réservée aux historiens des sciences du langage, afin de remettre en cause l’idée erronée selon laquelle la théorisation de l’implicite daterait de la réflexion gricéenne (1975). De même, une réflexion spécifique sera amorcée autour des questions d’enseignement, d’apprentissage et de formation des enseignants sur l’implicite comme objet scolaire particulier. Les communications pluridisciplinaires – exposant, par exemple, des travaux conjoints menés par des didacticiens et des linguistes ou des linguistes-informaticiens – sont également attendues, afin de rendre patent les nouvelles problématiques qui émergent de ce type de synergie.

 

Axe 1 : L’implicite : questions théoriques

– Quelles(s) typologie(s) pour les implicites ?

– Comment se combinent les différents implicites ?

– Y-a-t-il une hiérarchie des implicites, des implicites plus forts que d’autres ?

– Le langage « littéral » est-il une vue de l’esprit ?

– Quelle place pour l’intentionnalité dans la production et la compréhension de l’implicite ?

– Les types d’implicite sont-ils universels ou sujets à des variations interlinguistiques ?

– Comment l’implicite ou les différentes formes d’implicite ont-ils été théorisés au cours des siècles ?

– Quelles approches de l’implicite la théorie littéraire propose-t-elle ?

– Comment l’implicite structure-t-il les récits de fiction ? Les mécanismes à l’œuvre sont-ils différents de ceux intervenant dans les conversations orales ?

– Comment le rapport texte-image génère-t-il des implicites ?

– Comment l’implicite est-il annoté dans les corpus textuels ?

– L’implicite véhiculé par les images dans les albums est-il susceptible d’un traitement informatique ?

– comment font les écrivain.e.s pour « écrire l’implicite » ?

 

Axe 2 : La compréhension de l’implicite

  • L’implicite est-il prédictible, calculable ?
  • Quels sont les processus en œuvre dans le traitement de l’implicite ? Y-a-t-il des processus communs aux différentes formes d’implicite ? Ou devons-nous cibler les processus de chacune ?
  • Quels facteurs textuels (lexique, cohérence …), paratextuels (prosodie, expressions faciales, illustrations, etc.) et contextuels (caractéristiques de la situation, des interactants, etc.) influencent la compréhension des différentes formes d’implicite ?
  • Quels facteurs individuels (théorie de l’esprit, fonctions exécutives, capacités inférentielles, etc.) et environnementaux (niveau socio-culturel, fréquence d’usage, culture, etc.) influencent la compréhension des différentes formes d’implicite ?
  • Comment le choix d’un niveau d’analyse (mots, phrases, discours, conversations, etc.) impacte-t-il notre compréhension des processus de compréhension de l’implicite ?
  • Comment se développe la compréhension de l’implicite chez l’enfant ?
  • Comment l’étude des populations atypiques (troubles du spectre de l’autisme, spectre de la schizophrénie, etc.) peut-elle éclairer l’étude des processus de compréhension de l’implicite ?
  • La compréhension de l’implicite implique-t-elle des processus automatique ou contrôlés ?
  • De quelle(s) manière(s) les méthodes d’étude on-line (oculométrie, chronométrie, etc.) et la neuro-imagerie (TEP, IRMf, NIRS, etc.) peuvent-elles contribuer à l’étude de la compréhension de l’implicite ?
  • Quel décodage de l’implicite chez les élèves avec des troubles neuro-développementaux ? Pouvons-nous trouver des signes précurseurs pour les élèves qui développeront une dyslexie ?
  • Y-a-t-il une différence de compétence en matière d’implicite pour les élèves allophones (bilinguisme simultané ou successif) ? Une faible maîtrise de l’implicite en L1 a-t-elle des répercussions sur leurs aptitudes en L2 dans le cas du bilinguisme successif ?

 

Axe 3 : Implicite, traitement, éducation et formation

  • Quel est l’impact de la prise en compte de l’implicite dans les applications TAL (analyse discursive, détection de l’ironie, de sentiments, traduction automatique, etc.) ?
  • Quels savoirs théoriques relatifs aux différentes formes d’implicite peuvent-ils être didactisés, du côté de l’enseignant ? Du côté de l’élève ?
  • Quels choix d’œuvres littéraires, documentaires l’enseignant peut-il effectuer ?
  • Quelles compétences les élèves doivent-ils mobiliser pour accéder à une compréhension des implicites en lecture ? Que sait-on de leur développement ?
  • Quels entrainements permettent d’améliorer la capacité à inférer ?
  • Quelles stratégies d’enseignement de la compréhension des implicites peuvent être proposées aux enseignants ? Que peut-on dire de l’efficacité de ces stratégies d’enseignement sur le développement des capacités de traitement de l’implicite des élèves ?
  • Comment définir une rééducation adaptée, afin d’aider les enfants avec un trouble neuro-développemental à développer les compétences requises pour accéder à une meilleure compréhension des implicites au quotidien ?

 

 

Le colloque aura lieu à l’Université Paris Nanterre du 5 au 6 octobre 2023.

 

Modalités de soumission :

  1. Un résumé de la communication en français ou en anglais, avec un titre : deux pages (interligne simple, Times New Roman, police 12) incluant les exemples. Les figures et la bibliographie seront présentées sur une page à part.
  2. Les résumés devront être anonymes et envoyés en format PDF.

 

Les abstracts acceptés donneront lieu à des communications orales ou à une présentation par poster.

Une publication d’actes sur sélection est prévue à l’issue du colloque.

 

Veuillez utiliser notre site web EasyChair pour la soumission des résumés :

https://easychair.org/conferences/?conf=implicite23.

 

Dates importantes :

Date limite d’envoi des résumés : 31 mars 2023

La notification aux auteurs : 31 mai 2023

Contact : Beatrice.Godart-Wendling@cnrs.fr

Aucun frais d’inscription

 

Conférenciers invités :

Jane Oakhill (Université du Sussex)

Joana Garmendia (Université du Pays basque)

Véronique Moriceau (IRIT, Université Paul Sabatier – Toulouse 3)

 

Comité d’organisation

Béatrice Godart-Wendling

Frédéric Isel

Natacha Espinosa

Maria Kilhstedt

 

Comité scientifique

Marc Aguert (LPCN, Université de Caen)

Sophie Anquetil (CeReS, Université de Limoges)

Véronique Baltazart (C2S, Université de Reims)

Delphine Battistelli (MoDyCo, Université Paris Nanterre)

Farah Benamara (IRIT, Université Paul Sabatier – Toulouse 3)

Claire Beyssade (SFL, Université Paris 8)

Maryse Bianco (LARAC, Université Grenoble Alpes)

Nathalie Blanc (Epsylon, Université de Montpellier 3)

Maria-Pia Bucci (MoDyCo, Université Paris Nanterre)

Stéphanie Caillies (C2S, Université de Reims)

Sylvie Cèbe (INSPE Clermont-Auvergne)

Florence Charles (CREAD, Université de Brest)

Jacques Crinon (CIRCEFT, Université Paris-Est Créteil)

Virginie Dardier (LP3C, Université Rennes II)

Christelle Declercq (C2S, Université de Reims)

Gaétane Deliens (CRCN, Université libre de Bruxelles)

Louis de Saussure (Université de Neuchâtel, Suisse)

Jean Ecalle (EMC, Université Lumière Lyon 2)

Natacha Espinosa (MoDyCo, Université Paris Nanterre)

Muriel Gerin (CREAD, Université de Brest)

Sabine Guéraud (CRAC, Université Paris 8)

Béatrice Godart-Wendling (MoDyCo, Université Paris Nanterre)

Iris Ieshskolt-Taravella (MoDyCo, Université Paris Nanterre)

Frédéric Isel (MoDyCo, Université Paris Nanterre)

Laurent Lima (LARAC, Université Grenoble Alpes)

Annie Magnan (EMC, Université Lumière Lyon 2)

Maria Kilhstedt (MoDyCo, Université Paris Nanterre)

Mikhail Kissine (LaDisco, Université Libre de Bruxelles)

Hakima Megherbi (UTRPP, Université Paris 13 Nord)

Elodie Oursel (SFL, Université Paris 8)

Anna Potocki (LARAC, Université Grenoble Alpes)

Céline Pozniak (SFL, Université Paris 8)

Nausicaa Pouscoulous (University College London, UK)

Paulette Roulon Doko (LLACAN, CNRS)

Laurent Roussarie (SFL, Université Paris 8)

Irène Tamba (CRLAO, EHESS)

Caroline Viriot-Goeldel (CIRCEFT, Université Paris-Est Créteil)

Patricia Von Munchow (EDA, Université Paris Descartes)

Détails

Date:
octobre 11
Heure :
8 h 00 min - 17 h 00 min
Catégorie d’Évènement: