Syntaxe et sémantique grammaticale descriptives (SSgD)

  1. Membres
  2. Problématique
  3. Actions




1. Membres de l’opération SSgD

Membres rattachés à titre principal (2007-2012)
Danielle Leeman (responsable) (PR Paris Ouest)
Antoinette Balibar-Mrabti (MDC HDR Amiens)
Aziza Boucherit (PR Paris 5 Descartes)
Didier Bottineau (CR CNRS-Paris Ouest)
Christine Bracquenier (PR Lille 3)
Catherine Camugli Gallardo (MDC HDR Paris Ouest)
Nizha Chatar (MDC Paris 5 Descartes)
Danh Thành Do-Hurinville (INALCO)
Armelle Jacquet (IGR CNRS Paris Ouest)
Claire Martinot (MDC HDR Paris 5 Descartes)
Sabine Pétillon-Boucheron (CR CNRS Paris Ouest)

Doctorants (2007-2012)
Kamilla Abduleva (dir. Christine Bracquenier)
Maria Debova (dir. Christine Bracquenier)
J.-M. Froquet (dir. Armelle Jacquet)
Kamala Gulmamadova (dir. Christine Bracquenier)
Nadia Guillon (dir. Denis Le Pesant & Didier Bottineau)
Xiaomin Huo (dir. Armelle Jacquet)
Liouba Kristen (dir. Armelle Jacquet)
Anne Pégaz Paquet (dir. Claire Martinot)
Teresa Savoia (dir. Danielle Leeman, co-tutelle avec B. Vertecchi: Roma Tre)
Gabriela Simone (dir. Armelle Jacquet)
Carole Vaivre (dir. François Muller)
Gudrun Vanderbauwhede (dire. Danielle Leeman, co-tutelle avec P. Desmet: Leuven)
Xiao-Lucien Yang (dir. Armelle Jacquet)
Hanna Zhurauliova (dir. Christine Bracquenier)

Jeunes chercheurs associés
Badreddine Hamma (MCF Orléans)
Ichraf Khammari (MCF Kairouan, Tunisie)
Houda Ounis (MCF Sousse, Tunisie)
Céline Vaguer (MCF Toulouse-le-Mirail)
Patrice Gourdet (MCF Cergy-Pontoise)
Patrick Harnay (docteur en 2010)

Yukiyo Homma (docteur en 2009)

Membres associés
Jean-Claude Anscombre (CNRS)
Louis Begioni  (Rome II)
Pierre Patrick Haillet (Université de Cergy-Pontoise)
Mongi Kahloul (Institut des langues de Gabès, Tunisie)
Peter Lauwers (Université de Gand, Belgique)
René-Joseph Lavie (MoDyCo)
Els Tobback (Université de Leuven, Belgique)

Collaborations extérieures
Peter Blumenthal (Université de Cologne)
Valerij Demjenkof (Académie des Sciences, Moscou)
Sascha Diwersi (Université de Cologne)
Jean Dubois (Université Paris 10)
Françoise Dubois-Charlier (Université de Provence)
Geneviève Girard (Université Paris 3)
Gerda Hassler (Université de Potsdam)
Guy Lapalme (Montréal)
Christiane Marque-Pucheu (Université Paris 4-Sorbonne)
Jean-Marie Merle (Aix-en-Provence)
Emma Nardi (Rome III)
Robert Pasero (Marseille)
Jean Royauté (Marseille)
Paul Sabatier (Marseille)
Vera Zabotkina (Moscou)
Max Silberztein (Besançon)
Marie-Hélène Stefanini (Marseille)
André Valli (Marseille)
  

2. Problématique

Les points communs aux chercheurs ici rassemblés, par-delà d’éventuelles différences théoriques, sont méthodologiques : (a) une procédure abductive concluant à la plausibilité d’une hypothèse à partir d’un ensemble d’observations interprété en fonction d’un savoir commun, (b) par conséquent une méthode reposant sur l’observation des formes et de leurs propriétés, dont le résultat descriptif est interprété (c) selon quelques grands présupposés comme le principe de naturalité (corrélation forme/sens) ou le principe de pertinence du sémiologique, ou (c’) selon une théorie de référence qui s’en trouve validée ou falsifiée. Le travail porte sur de grands corpus du français (vérification ou élaboration de l'hypothèse à partir de textes, étude du fonctionnement du lexème ou de la construction dans un texte, inventaire et classement de tous les emplois des verbes ou locutions prépositionnelles du français à partir des attestations lexicographiques, etc.) et/ou l’analyse comparative de langues diverses, soit dans la perspective traductologique (locutions françaises et allemandes, arabes, anglaises, espagnoles, néerlandaises, russes), soit dans la perspective plus théorique de validation ou invalidation d’hypothèses de linguistique générale (français, basque, breton, espagnol, inuit…).
L’objectif est d’organiser les propriétés observables afin de déterminer (par hypothèse) la structuration sémantique d’un système et d’établir une corrélation entre la forme et le sens. Les thématiques retenues sont le verbe (Action 1), les prépositions et locutions (Action 2), l'expression des émotions et leurs marques linguistiques et paralinguistiques, en relation éventuelle avec une perspective cognitive (Action 3). Dans les trois cas sont prises en compte différentes langues, que l’intérêt se porte plus spécifiquement sur la traduction ou la traduction automatique, la comparaison ou la typologie, la pertinence translinguistique des concepts grammaticaux, la vérification d’une théorie linguistique générale, la didactique des langues.
En ce qui concerne la réflexion théorique, Didier Bottineau a organisé en novembre 2010 une journée d'étude internationale sur le thème de "l'analogie", Armelle Jacquet en janvier 2011 et en mars 2012 une journée d'étude internationale et pluridisciplinaire sur la rupture épistémologique que constitue en psychologie et en linguistique l'irruption de la thématique de "l'émotion", et René-Joseph Lavie en mars 2011 une journée d'étude internationale sur "la théorie des exemplaires" (dans le domaine de la sémantique).

Voir les rapports d'activité pour la période 2007-2012 sous l'onglet "recherche" sur le site www.danielle-leeman.com

3. Actions

1) Action "Verbe": le classement syntactico-sémantique des emplois des verbes français
A partir du postulat (éventuellement questionné) que la langue est un système autonome dont la structuration sémantique ne peut par conséquent être assimilée à aucun ordre autre que le sien, l’objectif est d’expliciter, compléter et systématiser les emplois et propriétés inventoriés dans le corpus Les Verbes français (J. Dubois & F. Dubois-Charlier 1997) : LVF (mis à disposition de tous via le site MoDyCo) afin de construire la structuration sémantique propre à cet ensemble lexical. L’exploitation de ce corpus a donné lieu à une première publication dans Langue française (n°153, mars 2007), à une deuxième publication dans Langages (n° double 179-180, septembre/décembre 2010). L'Action "Verbe" a été dirigée par Denis Le Pesant jusqu'en 2010. La formalisation des données au moyen de NooJ (créé par Max Silberztein) permet d'ores et déjà d'utiliser de grands textes (l'oeuvre de Maupassant, ou celle d'Alexandre Dumas par exemple) pour constituer des corpus intéressant les linguistes, selon leur objectif de recherche (par exemple le corpus de l'ensemble des verbes "psychologiques" que l'on peut extraire de La Comédie humaine, ou celui des "verbes de communication" dans A la Recherche du temps perdu).

A partir de 2011, l'Action "Verbe" se consacre plus particulièrement à "l'enrichissement" des données de LVF par la recherche des "expressions" (ou "constructions", ou "locutions situationnelles") liées aux emplois des verbes, en commençant par la classe "C" (verbes de communication): il s'agit de compléter les propriétés (formelles et sémantiques) et exemples (descriptifs) des auteurs J. Dubois & F. Dubois-Charlier par des emplois susceptibles d'être observés dans l'interlocution, dans des situations pragmatiquement définies, et dotés de propriétés formelles, lexicales et sémantiques particulières par rapport aux combinaisons dites "libres" (par exemple Y a pas à dire!). Un colloque est organisé sur cette question le 29 septembre 2011 avec pour intervenants, outre des membres du groupe SSgD, des chercheurs et enseignants-chercheurs d'Aix-en-Provence, Besançon, Gand, Grenoble (projet ANR EMOLEX), Marseille, Moscou, Paris-Sorbonne, Tsukuba (voir Action 3). Les actes ont été soumis et acceptés pour publication par le Comité scientifique de la revue Langue française (mars 2012), ils paraîtront en 2013 sous la direction de Nizha Chatar-Moumni.

2) Action "Prépositions et locutions prépositionnelles": description, traduction et traduction automatique, typologie des langues

L’objectif est d’inventorier les locutions du français et leurs emplois (premières données mises à la disposition de tous via le site MoDyCo: Locutions en français, de J. Dubois & F. Dubois-Charlier, 2004), d’en décrire les propriétés internes (constitution) et externes (positions syntaxiques) à partir de corpus attestés et de procéder à leur(s) traduction(s). Cette mise au jour permet d’améliorer les résultats actuels en matière de traduction automatique aussi bien que dans l’analyse automatique des langues. Ce programme, défini en janvier 2007 (cf. les actes dans Modèles linguistiques 55 : 2007 : 1), a débuté par la liste des locutions en sous, décrites et analysées sur les plans syntaxique, morphologique, sémantique, en ce qui concerne le français, et traduites en allemand, anglais, arabe, néerlandais, coréen (voir l'Information grammaticale 117 (2008) et le Français Moderne LXXVIII (2010). Il se poursuit par un travail sur l'identité de en et des locutions dont elle est la tête (colloque organisé à Gabes par D. Bottineau et M. Kahloul en avril 2012, proposition soumise à la revue Le Français moderne en octobre 2011). Un nombre non négligeable de membres de SSgD participe au numéro de Langue française que coordonne Denis Vigier (Lyon) sur la préposition en (D. Bottineau, D. T. Do-Hurinville, D. Leeman, soit 3 articles sur un total de 7), à paraître en 2013.) L'Action "Prépositions et Locutions prépositionnelles" est dirigée par Didier Bottineau.

Ce projet, sous l’intitulé « Locutions, langues, cultures, cognition », constitue le programme du deuxième Collège doctoral franco-allemand Paris Ouest-Potsdam,  financé par l’UFA (Université franco-allemande), et co-piloté pour 2009-2012 par Denis Le Pesant et Gerda Hassler. Dans ce cadre, la journée d'études "Corpus" du 14 mai 2010, organisée à Paris Ouest par Denis Le Pesant, a donné lieu à des actes publiés dans les Cahiers de l'ED 139 (juillet 2010), et un colloque a été organisé à Potsdam en septembre 2010 (voir le site http://www.ed-139.com).

 3) Action "Emotions et Cognition"

L'objectif est d'inscrire le point de vue linguistique dans un projet pluridisciplinaire, le Pôle L'Humain en devenir dirigé en 2009-2011 par Gérard Leboucher (éthologie) puis, à partir de 2012, par Giovanni de Marco (Sciences de la vie), qui associe à Paris Ouest depuis 2009 neurosciences/sciences de la vie, littérature, sciences physiques, psychologie et sciences du langage. Les linguistes sont concernés dans la confrontation d'une certaine terminologie (celle des psychologues par exemple), fondée sur des critères physiques et physiologiques (une émotion suppose la perception d'un événement ou d'une situation qui rompt un état du sujet et se manifeste par un certain nombre de troubles descriptibles), et ce qu'il en est de ces termes du point de vue de leurs propriétés linguistiques et discursives (le courage peut être vu comme une réaction émotionnelle mais d'un point de vue linguistique le nom courage n'est pas rangé des les noms d'émotion). On peut aussi de ce point de vue comparer les langues entre elles et en tirer des hypothèses intéressantes sur les représentations que chaque système induit. Les linguistes peuvent encore être concernés par l'observation des effets de l'émotion sur le discours et sa prosodie.
L'Action "Emotions et Cognition" est dirigée par Didier Bottineau, dont l'hypothèse fondamentale est que l'objet "émotion" dans ses manifestations linguistiques ne peut être traité (linguistiquement) dans le cadre des théories qui hypostasient la langue de l'ensemble de ses conditions d'usage (structuralisme, généralivisme, et plus généralement les linguistiques axées sur la modélisation). L'irruption de cet objet dans les sciences du langage est donc susceptible d'entraîner un changement épistémologique important, comme cela est le cas en Psychologie et dans les Sciences du vivant.
C'est ce qu'ont confirmé les diverses contributions à la journée "Sous-jacentes au langage: les émotions!" organisée par Armelle Jacquet  le 26 janvier 2011 et financée par le Pôle L'Humain en devenir & l'Ecole doctorale 139 "Connaissance, langage, modélisation", de même que les communications retenues pour le colloque international "L'Expression des émotions"" organisé le 29 septembre 2011, sous la direction de Danielle Leeman, par Diana Balaci et Hanna Zhurauliova-Ninitte, financé par le Pôle L'humain en devenir et l'Ecole doctorale 139 "Connaissance, Langage, modélisation"  (avec Nizah Chatar (MoDyCo), Didier Bottineau (MoDyCo), Christiane Marque-Pucheu (Paris Sorbonne), Iva Novakova & Vanina Goossens (Grenoble), Jean-Marie Merle (Aix-en-Provence), Mongi Kahloul (Gabès), Naoyo Furukawa (Tsukuba), Eric Vallet (LECC, Nanterre), Catherine Garitte (Psychologie, Nanterre), Peter Lauwers & Els Tobback (Gand & Anvers, Belgique) - actes à paraître sous la direction de Nizah Chatar-Moumi (MoDyCo).


 

 

  • Vues: 10380
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
More information Ok Decline