Calendrier

Mois précédent Jour précédent Jour suivant Mois suivant
Par mois Rechercher Aller au mois
Télécharger au format iCal
Aziza Boucherit & Nadia Comolli
Mardi 06 Avril 2021, 10:00 - 12:00
Clics : 671
par Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Organisé par Florence Villoing et Frédéric Isel

Le séminaire doctoral de MoDyCo (UMR 7114, CNRS/Paris Nanterre), a le plaisir d’accueillir

  • Aziza Boucherit, Maîtresse de Conférences HDR (Université de Paris & MoDyCo)

« Aspects syntaxiques et sémantiques de composés nominaux en arabe algérien. »

et

  • Nadia Comolli, docteure en Sciences du Langage (Université Paris Nanterre & MoDyCo)

« Quand daba en arabe marocain a charge d'exprimer l'antériorité non immédiate. »

 

Vous y êtes cordialement invités.

Quand ? : Mardi 6 avril 2021, de 10h à 12H

Où ? : par visio-conférence, en suivant le lien ci-dessous : 

Participer à la réunion Zoom

https://us02web.zoom.us/j/87171867802?pwd=Mlc2dVdNZTJ3RXhQci94WVN6U2hMdz09

Résumés

 Aziza Boucherit, Maîtresse de Conférences HDR (Université de Paris & MoDyCo)

« Aspects syntaxiques et sémantiques de composés nominaux en arabe algérien. »

 Dans son ensemble le lexique arabe est majoritairement formé par dérivation mais, bien que marginale la part prise par la composition est révélatrice de processus de transformation qui, à partir d’une association syntaxique “libre”, aboutissent, sur des bases syntaxiques et sémantiques, à la formation d’un signe linguistique.
Dans cet exposé je traiterai plus particulièrement du processus de transformation qui montre que nombre des composés nominaux (unités lexicales où deux termes en relation nomment un seul référent) examinés sont le produit de glissements sémantiques liés à la nature du référent et à la motivation du signe linguistique.
Ces composés seront examinés sous les aspects suivants :
1. les types de relation syntaxique : N + (DEF) N ; Nom d’unité + N ; Pronom support de détermination + N ; N + Relateur + N ;
2. les rapports entre les types de relation syntaxique et les types de relation sémantique : relation d’identité, de complémentarité, d’attribution (Benveniste) ;
3. les rapports entre les types de relations syntaxico-sémantiques et l’accès au sens (transparent, opaque, partiellement opaque/transparent) des composés et les liens avec l’analogie & les savoirs encyclopédiques ;
4. les rapports entre composition, motivation et métaphorisation.
 

  • Nadia Comolli, docteure en Sciences du Langage (Université Paris Nanterre & MoDyCo)

« Quand daba en arabe marocain a charge d’exprimer l’antériorité non immédiate »

 En arabe marocain, daba, que la traduction vers le français fait rapporter à maintenant, est un

marqueur linguistique qui se prête à de très nombreux emplois. Dans une thèse de doctorat soutenue tout récemment, j’en ai proposé une description qui assimile le fonctionnement de daba à l’instauration par l’énonciateur d’un contraste entre deux états de faits (ou états de choses). À la racine des emplois de daba, j’ai trouvé un couple de valeurs génériques (TÔT, TARD) et une relation les liant par laquelle on considère que l’avènement d’un événement se fera tôt plutôt que tard. Cette communication exposera les faits relatifs à une étape cruciale dans la diversification des emplois de daba, celle qui voit la relation tôt plutôt que tard être envisagée en allant à rebours de T0 - ce qui revient à situer un événement dans une antériorité à T0. Elle abordera également la nécessité pour l’arabe marocain de recourir à un emploi conjoint de daba et d’un autre marqueur, ˁad, pour produire une valeur d’antériorité immédiate.

 

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.